Au fil du projet

  • 11 07 2013

    Priorisation des propositions du groupe "précarisation" à l'été 2013

    Une séance d'ateliers suivie d'une séance bilan ont permis aux participants du groupe-projet d'identifier les enjeux partagés et de prioriser des propositions d'action.

    L'emploi reste le premier facteur de prévention de la précarisation. Plus généralement, l'amélioration continue des dispositifs de prévention doit être une priorité. Pour parvenir à faire évoluer les représentations et améliorer l'accompagnement social, trois enjeux prioritaires ont été identifiés : trouver les moyens de passer du "faire-pour" au "faire-avec", (r)établir de la confiance, et rapprocher les temps des institutions de celui des personnes en précarité.

    De nombreuses initiatives sociales existent et peuvent être les points d'impulsion de nouvelles manières de concevoir l'accompagnement social. Dans cette logique les groupe-projet "précarisation" propose la mise en oeuvre d'expérimentations sur des territoires de caractéristiques différentes, pour se confronter aux réalités et spécificités locales, et pour faciliter un potentiel déploiement.

    Reprenant et précisant les propositions du groupe, une note est à paraitre en novembre 2013.

     

  • 12 06 2013

    Les politiques d'action sociale : zoom sur la prévention

    L'action sociale relève des missions de plusieurs institutions, à des échelles de territoire variées. Le Conseil Général d'Ille et Vilaine, chef de file des politique social, ainsi que la Caisse d'Allocation Familiale (CAF) du du département, et le Centre Intercommunal d'Action Sociale (CIAS) du Sud-Ouest de Rennes ont répondu positivement a l'invitation du CODESPAR : Valérie Lecomte-Tribehou et  Mélanie Minguet pour le Conseil Général, Danielle Paris pour la CAF, et Marie Odile David, présidente du CIAS ont détaillé les missions, les constats et les perspectives de ces différentes structures le 16 mai dernier.

    Toutes ont des politiques volontaristes, et souhaitent s'adapter aux évolutions des besoins et des attentes des habitants accompagnés (suivi des parcours, participation des usagers, intervenir le plus en amont possible...) . Néanmoins se pose la question des moyens financiers et humains. Pour prendre l'exemple de la CAF, 1000 personnes se présentent au siège chaque jour. Et l'on sait que l'accompagnement des parcours nécessite du temps, et des compétences poussées : un technicien de la CAF doit manipuler 25000 règles de droit.

    Des initiatives locales sont à souligner, comme les espaces sociaux communs qui, à Rennes, réunissent sous un même toit la CAF, le CCAS (Center communal d'action sociale) et le CDAS (centre départemental d'action sociale). La charte de fonctionnement de ces lieux est actuellement en cours de refondation, ce qui sera l'une des opportunités à court-terme, sur le territoire, d'innover dans la prévention collective de la précarisation.

  • 22 04 2013

    Comment prévenir la précarisation au travail?

    La question de la précarisation de l'emploi revient régulièrement dans les sujets de discussion du groupe-projet : augmentation de l'emploi précaire (CDD, interim, stagiaires) du temps partiel subi - surtout chez les femmes-, du nombre de travailleurs pauvres... 

    Pour autant, on constate qu'il est difficile de parler et de valoriser ce qui se fait dans les entreprises pour prévenir la précarisation des salariés, car cela relève de leur fonctionnement interne.

    Néanmoins, Laurent Jolly, président de l'entreprise Come In, et Mustapha Laabid, de la Fondation Agir Contre l'Exclusion (FACE) ont accepté de faire part de leur retour d'expérience aux participants le 11 avril dernier.

    Blandine Wurtz, du syndicat CFDT, a complété le panorama en proposant un focus sur le secteur du service à la personne, avec de nombreux exemples concrêts de facteurs de précarisation des salariés.

Afficher les résultats 10 à 12 sur un total de 16

Projet : Précarisation / Pauvreté