Aspects théoriques pour une mobilisation citoyenne

PCAET - Comment déclencher et amplifier la mobilisation citoyenne ?

  • Les mythes sur le changement de comportements :

La sensibilisation et la mobilisation des habitants et usagers pour impulser des pratiques et comportements vertueux sont aujourd'hui intégrées comme des composantes indispensables à la réussite d'une politique énergie climat sur un territoire.

Pour autant, cet objectif s'avère complexe à appréhender car il relève plus d'une dynamique sociale voir sociétale, et moins de compétences ou outils techniques ou de sciences dites dures, à appliquer.

Dans son ouvrage "changer les comportements, faire évoluer les pratiques sociales vers plus de durabilité", l'ADEME reprend trois principaux mythes à déconstruire.

 

Mythe n°1 : avoir des comportements individuels plus vertueux au quotidien est suffisant pour réussir la transition énergétique et écologique

Si la marge de manœuvre à l'échelle individuelle est réelle, elle n'en est pas moins limitée.

Seule l'articulation d'évolutions à l'échelle individuelle et à l'échelle collective permet de se hisser à la hauteur des objectifs du facteur 4 (La notion de « facteur 4 » désigne l’objectif d’un pays de diviser par 4 ses émissions de gaz à effet de serre (GES) entre le niveau de 1990 et celui de 2050).

Par conséquent, toute personne souhaitant renforcer la mobilisation citoyenne doit en préalable comprendre les limites du comportement individuel.

 

Mythe n°2 : le changement de comportement est une affaire individuelle

Agir sur le comportement individuel, c'est agir au niveau de l'individu, mais également de son environnement macroéconomique et socialLa mise en place d'outils au niveau individuel doit donc se doubler de mesures systémiques

Une démarche de mobilisation citoyenne doit donc prendre en compte le collectif.

 

Mythe n°3 : un outil unique et simple vaudrait pour toutes les situations

L'humain et la société sont des réalités complexes et cette complexité ne peut s'aborder qu'en jouant sur une diversité de leviers

Il ne faut donc pas chercher d'outil miracle

En résumé, une complexité s'impose d'elle-même lorsque l'on travaille sur les changements de comportements.

 

  • Comment passer de la sensibilisation à des passages à l'acte concrets ? Développer un processus qui inspire confiance

La première action d'une politique publique visant à agir sur les "changements de comportements des habitants", pour limiter les consommations d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre (GES) s'avère très majoritairement être leur sensibilisation. Mais, bien qu'elle ait fortement progressé au cours de ces dernières années, la sensibilisation ne se traduit pas par des changements de comportements notoires. En effet, à elle seule, la sensibilisation conduit à une situation psychologique difficile car les leviers ne sont pas forcément visibles ni facilement accessibles.

Cette difficulté peut être dépassée dans le cadre d’un processus qui inspire confiance. Il faudra pour cela réunir les composantes nécessaires à l'inscription du territoire dans un cercle vertueux de progression et de démultiplication.

 

  • Dans ce processus de mobilisation en confiance, le rôle indispensable de metteur en scène de la collectivité

Au-delà de conditions de réussite à remplir, les collectivités se doivent d'avoir des démarches exemplaires et cohérentes dans leur ensemble, et d'accompagner les initiatives citoyennes individuelles et collectives.

PCAET – Les six maillons d’un cercle vertueux de mobilisation des citoyens

En 2017, un travail technique du Conseil de développement avait permis de préciser six maillons dans la boucle vertueuse à consolider pour aller vers une mobilisation globale des citoyens. Ce cercle vertueux est inspiré du rapport du CESE « Vingt ans de lutte contre le réchauffement climatique en France : bilan et perspectives des politiques publiques », d’avril 2015.

 

  • Chaque habitant doit pouvoir vérifier autour de lui qu’il existe une prise en charge politique sérieuse du problème

Exprimer un positionnement unanime et incontesté dans le discours public

Promouvoir une vision politique globale et solidaire de la transition énergétique auprès de tous les publics

 

  • Chaque habitant doit pouvoir acquérir des connaissances sur le changement climatique facilement, de manière régulière et récurrente

Développer une culture collective de la transition énergétique et climatique

Mobiliser prioritairement les enfants, citoyens de demain

Travailler en confiance et en relais avec les associations, qui ont un rôle stratégique  dans la mobilisation

 

  • Chaque habitant doit pouvoir identifier ses leviers d’action pour réduire ses émissions de GES (chauffage, transports…)

Apporter des éléments d'éclairage quantitatifs

Apporter des éléments d'éclairage qualitatifs : favoriser le partage d'expériences de pairs à pairs

 

  • Chaque collectivité du territoire développe et valorise les actions exemplaires dans tous les domaines : construction, transports, agriculture, production d’énergie …

S'assurer d'une exemplarité de la sphère publique sur le fond et la forme

Donner à voir comment agissent déjà des collectifs publics ou privés (associations, entreprises, établissement publics) sur le territoire

 

  • Chaque collectivité établit un calendrier et des objectifs visibles et lisibles
  • Chaque collectivité garantit un processus démocratique solidaire, c’est-à-dire engageant l’ensemble des acteurs